Quintus Varus

Il s’agit du processus pathologique du 5ème rayon du pied, symétrique à celui du premier rayon plus fréquent, et déjà décrit sous le terme d’Hallux Valgus. Il est caractérisé par une proéminence  du condyle latéral  du 5ème Métatarsient le plus souvent associée à une déviation en varus du 5ème orteil.
Cette affection est souvent bilatérale, touchant préférentiellement les femmes.
Le motif de consultation est généralement une douleur latérale à la hauteur de la tête du 5ème métatarse avec inflammation locale (rougeur) et parfois hyperkératose.
Le bilan clinique est confirmé par les radiographies.
Une prise en charge par soins de pédicurie, orthoplasties interdigitales (écarteurs) ou semelles orthopédiques est envisageable mais souvent insuffisante.

En quoi consiste le traitement chirurgical ?

Le geste chirurgical percutané reproduit les principes utilisés et décrites pour la pathologie d’Hallux Valgus. Il est réalisé en général sous anesthésie simple du pied, sous contrôle radiologique permanent. Il associe exostosectomie métatarsienne distale, ostéotomie métatarsienne distale (col métatarsien), libération articulaire et ostéotomie phalangienne.
En fonction de l’importance de la déformation, on peut être amené à réaliser un geste de ténotomie (section ou allongement)

Tout ceci est réalisé comme pour l’Hallux Valgus par 3 incisions minimes ( 1-2 à 3 mm), qui seront refermées chacune par un point simple (fil résorbable)
Aucune ostéosynthèse (vis, broche, …) n’est réalisée,
Le pansement est laissé en place 15 jours, jouant le rôle de maintien des corrections chirurgicales, à la façon d’un strapping du pied.

Les suites opératoires

L’appui est immédiat sous couvert de chaussures à appui talonnier. Le pansement est retiré par le chirurgien au bout de 15 jours.
Un nouveau pansement, plus léger est mis en place pour 8 à 10 jours.
Le patient peut se rechausser normalement ensuite après contrôle radiologique de l’état de consolidation osseuse . Une orthoplastie interdigitale (écarteur) finalise le traitement chirurgical durant 3 ou 4 semaines.

Les principales complications possibles

Il existe des complications communes à toutes les interventions chirurgicales : complications anesthésiques, échecs et mauvais résultats, infections, raideur articulaire, problèmes de cicatrisation…

Il existe aussi des complications plus spécifiques qui sont rares :

  • Algodystrophie : elle se traduit par un enraidissement et des douleurs diffuses, le plus souvent régressifs en quelques mois. Le traitement se fait par injections de Calcitonine puis une rééducation douce et prolongée.
  • Non consolidation de l’Ostéotomie
  • Déplacement de l’Ostéotomie
  • Récidive

Ces complications doivent faire l’objet d’une surveillance stricte du praticien (surveillance clinique et radiologique)

PHOTOS